Réussir en 2016 c'est aussi savoir se reposer

Publié : jeudi 14 janvier 2016

Vacation

La période des fêtes est pour beaucoup un temps de réflexion, de résolutions (tenues ou pas) et surtout de repos. Jeremy Snape de Sporting Edge réfléchit ainsi sur l’importance de prendre un congé et comment cela aidera à augmenter sensiblement vos chances de succès en 2016.

La semaine de travail laisse difficilement un moment pour le repos de nos jours. De longues heures au bureau et peu de repos deviennent choses communes dans la plupart des carrières des managers. Certains se sentent contraints dans ce cycle alors que d’autres se sentent fiers du nombre d’heures qu’ils passent à travailler et de leur disponibilité constante pour leurs clients.

Beaucoup de managers discréditent l’idée d’avoir un véritable « break », sous-estimant à quel point il est psychologiquement vital de régénérer votre créativité et votre bonne capacité à prendre des décisions.

Dans le monde du sport, repos et récupération sont vus comme le nouvel avantage concurrentiel. Les coaches ne se concentrent pas seulement sur la récupération physique mais comprennent à quel point le repos psychologique, mental, est capital afin d’aider les athlètes à rester concentrés dans les moments de pression intense.

De bien des façons, le monde des affaires est semblable à celui du sport. En ne prenant pas la pause dont vous avez besoin, vous mettez en péril toute votre performance. Mais qu’est-ce que le monde des affaires peut apprendre des recherches approfondies à propos des plus grands athlètes prenant une pause pour ensuite atteindre de nouveaux sommets ?

Les avantages du repos pour la pensée critique et créative

L’acharnement au travail ne produit pas forcement les meilleurs résultats. Le repos et la récupération sont nécessaires afin de préparer le cerveau pour plus de créativité et d’esprit critique et bien souvent les meilleures idées sont celles qui naissent durant les moments loin du bureau. Vin Walsh, Professeur de la Recherche sur le Cerveau Humain a UCL, croit fermement que « le moment Eureka apparait toujours quand vous ne pensez pas au problème.

On appelle cela le processus de raisonnement « hors-ligne ». Souvent, ce n’est pas le stakhanoviste du travail qui trouve la solution, cela peut être la personne qui prend un mois de vacances en Aout. Le cerveau établit de nouvelles connections et associations entre toutes les choses pour lesquelles il a transpire durant le reste de l’année. Et c’est ce temps mort qui est réellement sous-estimé. »

La science physique qui vous supplie de vous reposer

Les avancées de la neuroscience ont montré qu’il existe des parallèles entre la résistance émotionnelle et celle physique. L’entrainement à soulever des poids provoque sur les tissus musculaires des dégâts mais avec une récupération adéquate, les tissus se rétablissent et se renforcent.

Cela reste vrai pour le stress émotionnel – des moments d’extrême pression suivis de périodes de récupération peuvent faire progresser votre résistance mentale. Le temps pris pour récupérer de ce stress fait ainsi naitre une force pour avoir un impact plus important, que ce soit en termes de créativité ou plus simplement dans votre capacité à résister à plus de stress dans le futur.

Pour beaucoup, le fait de juste quitter le bureau ne fait pas disparaitre ce stress émotionnel qui ressurgit dès qu’ils rencontrent une situation difficile. Beaucoup de managers font face aux bouchons ou les trains bondées, réduisant de fait le temps de réellement s’aérer l’esprit.

Joan Coates, chercheur senior en neuroscience et en finance à l’Université de Cambridge, explique ainsi les conséquences d’un stress qui se construit au fil du temps.

« Au bureau, vous pouvez vous assoir sur une chaise pour des mois, même des années et souffrant toujours de situations de stress sans période de récupération. Sans cette dernière, la réponse au stress peut agir comme de l’acide sur votre corps. L’hormone liée au stress, le cortisol, détruira en réalité les muscles et les cellules graisseuses. Une longue période de stress peut vraiment commencer à agir de façon hautement néfaste sur votre corps, jusqu’à l’affaiblir considérablement. »

Repos = Résistance = Prêt à l’attaque

Les meilleurs leaders mesurent leurs accomplissements par l’impact qu’ils produisent et non le nombre d’heure ou ils sont occupés. Le vrai test du succès réside dans la qualité de votre gestion du temps que vous utilisez plutôt que dans la quantité du temps passe à faire quelque chose. Pour maximiser la qualité, vous devez savoir reconnaitre quand le repos est nécessaire pour atteindre vos objectifs.

Anne Hemmings, MBE et ancienne olympienne en Kayak ayant souffert du syndrome de fatigue chronique, explique qu’ « une grande partie de notre résistance concerne notre capacité à avoir l’énergie pour réaliser ce que l’on veut jour après jour tout en étant au top. Etre fort face à l’adversité, être bien équipé mentalement, émotionnellement et physiquement parlant face aux défis de la vie. 

« Etre entêté, c’est juste ignorer les signaux d’alerte que l’on peut voir ou ressentir autour de soi – quand je commence à être fatiguée ou à être stressée ou quand je commence à être désagréable avec les personnes autour de moi. Si j’ignore ces signaux, je sais où je pourrais finir et je n’en ai pas la moindre envie. »

Si vous n’avez pas réussi à prendre la pause dont vous aviez besoin pendant les fêtes, faites des vacances votre résolution pour la nouvelle année puisque elles vous offriront l’opportunité de vous reposer et de vous reconcentrer. Que soyez en course pour la fonction de Premier Ministre ou essayez d’augmenter votre part de marche, vous serez de toute façon juge pour votre résultat final. Faites donc en sorte d’être dans votre meilleure forme possible et utilisez les vacances afin de recharger vos batteries mentales et émotionnelles et ainsi être prêt pour les défis qui vous attendent en 2016. 

Retour à la liste