Paris 2024, une opportunité en or pour les start-ups françaises? Partie 2

Paris

Alors que la campagne internationale de Paris 2024 vient de démarrer et que le Hacking de l’Hôtel de Ville va être cette année dédié à cette thématique, focus sur les start-ups françaises qui pourraient profiter de l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques en France.

L’indispensable optimisation de l’expérience des spectateurs

L’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques attirent un public très large sur le territoire du pays hôte : sportifs, spectateurs, journalistes, personnalités politiques… Pour les Jeux de 2012 à Londres, plus de 8 millions de visiteurs ainsi que 14 800 athlètes, 20 000 journalistes accrédités et 70 000 volontaires étaient présents!

Pour les spectateurs, qui consentent souvent à un effort financier important pour assister aux compétitions sportives de leurs idoles, il est donc indispensable d’offrir une expérience à la hauteur de la compétition!

Le GIP Paris 2024 ne s’y est pas trompé: elle a remis à la start-up Digifood le prix « Smart Experience ». Cette start-up permet à n’importe quel spectateur de se restaurer en commandant sur son smartphone et en se faisant livrer à sa place!

Vogo est une autre start-up ayant mis en place un service capable d’optimiser l’expérience vécue par les spectateurs : via une application, cette start-up permet d’avoir accès – en direct – à toutes les caméras diffusant l’évènement! Pour des sports comme le golf, le rugby ou même pour les compétitions d’athlétisme, ce service constitue une vraie valeur ajoutée. Il ne sera donc plus question de rater le saut en hauteur du prochain Renaud Lavillenie parce que se déroulait au même moment l’épreuve du 100 mètres!

Vogo

Solution développée par la start-up VogoSport

Enfin, d’autres start-up comme Yppa ou Eqwall permettent aux spectateurs de devenir acteurs du show via leurs téléphones: la première propose aux spectateurs de faire des shows lumineux grâce à leurs smartphones tandis que la seconde permet de booster le public pendant les temps morts des compétitions sportives en organisant des jeux, quizz, concours et autres.

La résolution, par les start-up françaises, de problématiques bien connues des organisateurs

Il apparaît indispensable de conclure ces propos en évoquant 3 start-up qui permettraient de résoudre des problèmes que de nombreux Comités d’Organisation des Jeux Olympiques (COJO) ont connu ces dernières années

Nous pensons d’abord à la start-up Natural Grass qui conçoit une pelouse 100% naturelle enracinée dans un substrat artificiel. Résultat? Une grande résistance, un meilleur niveau de jeu et une réduction des traumatismes pour les sportifs. Cette start-up a déjà fait ses preuves, notamment lors de l’Euro 2016 où son gazon équipait la moitié des terrains de football accueillant des matchs de la compétition. Les compétitions reines des Jeux Olympiques et Paralympiques étant visionnées par plusieurs milliards de téléspectateurs, une telle qualité de gazon serait appréciable.

Natural Grass

Exemple d’un gazon de Natural Grass, ici au Parc OL.

Enfin, la question des tribunes vides constituent une problématique que les COJO craignent: tant à Londres qu’à Rio, des voix se sont élevées pour critiquer des tribunes clairsemées. Un éventuel COJO parisien pourrait avoir la solution à cette problématique grâce à 2 start-up : Tech4team et Seaters.

La première, Tech4team, utilise les solutions de Yield Management pour proposer des billets au « juste » prix. Son logiciel Arenametrix permet aux organisateurs événements de visualiser le contenu de leurs bases de données publiques, d’en tirer des analyses statistiques et prédictives et de prendre des décisions sur la stratégie de commercialisation à adapter en temps réel.

La seconde, Seaters, lutte contre les « empty seats » qui proviennent des annulations de dernière minute, des places réservées aux sponsors mais non distribuées et des places non mises en vente car réservées aux organisateurs. La start-up permet aux fans de s’inscrire sur une liste d’attente pour les évènements annoncés à guichet fermé : dès qu’une place se libère, le fan inscrit sur la liste reçoit une notification afin d’assister à l’événement.

A travers ces exemples, ce sont plusieurs centaines de start-up françaises qui pourraient participer à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques à Paris : des start-ups spécialisées dans le sport certes mais pas uniquement!

Cet article a originellement été écrit par Le Tremplin, première plateforme d’innovation pour le sport au cœur de la région parisienne, pour le consulter, cliquez ici. 


Donnez à votre carrière dans le sport un coup d’accélérateur avec les dernières offres à pourvoir ou créez un compte aujourd’hui pour rester informé des derniers évènements ou des dernières offres à pourvoir et découvertes dans le secteur du sport.

CreateAccount

 

Publié :

Retour à la liste