Le management, ce n'est pas un art, c'est une discipline

main monaco

Son évolution est comparable à celles des jeunes pousses à croissance dynamique dont certains en font l’éloge en plein ébat présidentiel. Les fameuses "Start-Up".

Bien qu’âgé, le rocher à tout connu en 4ans, les basfonds de la ligue 2 jusqu’au dernier carré du plus prestigieux des trophées, aux oreilles aussi grandes qu’ambitieuses. 

Quand son meilleur ennemi rêve plus grand, les princiers peuvent se targuer d’une réalité précoce. Cependant, l’éloge du sportif ne doit en aucun cas mettre en retrait mais en exergue, la politique organisationnelle princière.

Et si cette success story était d’abord celle d’un management sans faille ?

S’il fallait résumer le mode opératoire monégasque, ce serait sans doute « Un homme pour chaque chose et chaque chose pour un homme. »

Guy Roux disait « lorsque le match arrive, je m’occupe davantage des déçus, qui ceux qui débutent ». Cette Baseline illustre parfaitement l’atmosphère régnant sur le rocher.

Une équipe comme une entreprise est composée de membres dont chacun connaît et admet son rôle. Le défenseur protège les intérêts de l’équipe quand l’attaquant doit marquer des buts. C’est le meme stratagème en entreprise. Chacun des membres d’un collectif, sportif ou non, admet à la fois son rôle et celui des autres, s’empêchant donc, de façon générale, de faire ce qu’il sait sans doute faire mais apparaît dévolu aux autres.

Si l’ASM était une entreprise traditionnelle voici à quoi pourrait ressembler son organigramme :

monaco body 1

1 : Gardien

2 : Défense

3 : Milieu de terrain

4 : Attaque

B : Jardim

A : La direction

A – Campos puis Cordon : DG

« L’art de la réussite consiste à savoir s’entourer des meilleurs »

Le football est une industrie évolutive où le rôle l’humain est primordial dans la réussite de l’entreprise. Le choix des hommes n’est donc pas étranger à cet success-story. Ce sont eux, avec Vadim Vasilyev, qui ont construit ce Monaco de toute pièce, avec comme pierre angulaire Jardim le bâtisseur. Campos a construit l’organigramme de l’ASM avant de développer l’aspect sportif, en étroite collaboration avec le coach portugais.

Son objectif ? Concilier sportif et économie. Il est le relais sportif de la gouvernance. Pilote du recrutement de l’entreprise, sa communication doit être irréprochable, associant professionnel/ relationnel.

B - Le coach -> Jardim (DRH)

« Le leadership nait d’une relation exigeant entre un leader et son collectif de travail »

De la stratégie à l’opérationnel il n’y a qu’un pas et c’est lui le garant. Le portugais en est d’ailleurs un maitre en la matière. 

La réussite de Jardim réside probablement dans la proximité de son management, étant persuadé que celui-ci influe sur la performance sportive. Il donne une leçon aux managers (tout secteur confondu) justifiant cette proximité comme principal facteur pour tirer la quintessence du capital humain à disposition.

Ce management humain s’explique justement car comme il aime le dire « nous sommes à la fois tous pareils et tous différents ». La performance de ses joueurs réside donc dans ce stratagème et non l’inverse.

En effet, il construit son équipe selon son ressenti et n’hésite pas à la changer pour ne jamais qu’elle ne s’essouffle.

1 - Le gardien -> Subasic (R & D)

Il est le relais du coach, celui qui supervise la bonne lecture du jeu en assurant anticipation (lorsque la direction commune n’est pas bonne), rapidité (action -> réaction), caractère. En effet, c’est lui, avec le capitaine, qui déclenche la sonnette d’alarme lors des périodes de crises pour placer ou replacer son équipe, principalement sa défense.

2 – La défense : Responsable -> Glik (Finance)

Ils sont les rationnels de l’équipe, ceux qui ne prennent (normalement) aucuns risques et défendent les intérêts de l’entreprise monégasque. Ils contrecarrent et prévoient les problématiques dont doit faire face le collectif. Rigueur, rapidité, leadership (pour imposer leurs choix dans l’urgence) mais surtout placement et replacement constant, là reposent les en enjeux du poste. Un profil d’expérience est primordial pour le rouage de ce quatuor.

3 – Le milieu : Responsable -> Fabinho (Marketing)

Ils sont les électrons libres de l’équipe et interagissent avec toutes les composantes de l’entité avec des rôles capitaux et complémentaires.

Les récupérateurs relayeurs (Fabinho/Bakayoko) sont des opérationnels et traitent directement l’information fraichement transmise par leurs alter égos de la défense.

Les poumons monégasques doivent faire preuve de qualité d’endurance, de justesse (offre /demande) & d’adaptabilité car ils servent d’intermédiaire avec les relais offensifs.

Devant eux, nous trouvons les stratèges, les artistes créatifs de l’entreprise. Ils orientent les choix de l’entité en transmettant le produit fini dans les meilleures prédispositions.

Leurs atouts ? Une vision moyen/long terme pour orienter les choix stratégiques, des qualités d’élimination permettant d’éviter les pièges du marché & non lieux et une palette de transmissions courtes ou longues pour agir vite mais bien en n’excluant jamais les changements de cap par un renversement de jeu.

4 – L’attaque : Responsable -> Falcao (Commercial)

Toute la responsabilité et le travail d’équipe est entre leurs mains. Ce sont eux qui doivent convertir et ouvrir le score pour l’entreprise car ils font vivre leur propriétaire.

Adroit & altruiste, ils côtoient les adversaires et doit avoir un sens du « but » inégalé leur permettant d’avoir un placement irréprochable. Leur adresse permettra de peaufiner et de conclure le travail, le fruit d’un collectif rodé. 

De part son expérience, l’importance de son rôle et du transport de richesses de l’entreprises, il est l’élément le plus couteux du collectif. Rien d’anormal à 1ère vue même si son égo pourra créer des distorsions, et ce meme s’il ne se lassera jamais des louanges que vous pouvez lui faire.

body monaco 2

Pourquoi cette comparaison Football/Entreprise ? 

Vraisemblablement parce que ce sport joué à 11 contre 11 est une véritable allégorique de la vie en entreprise. Comme vu sur le schéma plus haut, les profils entreprises/footballistique sont aisément associables, de par tous les aspects précédemment évoqués.

Chaque onze possède son propre projet de jeu ayant un objectif prédéfini au préalable, son but. En quoi cela diverge de l’entreprise ?

Ce qu’a réussi à construire & faire admettre Jardim est remarquable : Une qualité professionnelle visible chez chacun amenant à une volonté globale de « travail ensemble »

L’état d’esprit est à la fois une condition de constitution de l’équipe et la résultante, la concrétisation et la traduction de son existence. Le portugais se dresse en exemple et a réussi là où beaucoup échouent ou ont échoué.

quote monaco

Cet article a été initialement publié par César Morange, co-fondateur de Créative Sports Media.


Donnez à votre carrière dans le sport un coup d’accélérateur avec les dernières offres à pourvoir ou créez un compte aujourd’hui pour rester informé des derniers évènements ou des dernières offres à pourvoir et découvertes dans le secteur du sport.

CreateAccount

Publié :

Retour à la liste