Interview de Yohan Blondel, ex-chef de Cabinet de l'UNSS

Publié :

Yohan Blondel est le l'ancien chef de cabinet de l'Union Nationale du Sport Scolaire ainsi que le trésorier général de la World Federation of Company Sport.

YohanBlondel1

Bonjour Yohan, pourriez-vous commencer par vous présenter ainsi que votre parcours ? Qu’est-ce qui vous a poussé vers le domaine du sport ?

Je travaille depuis une quinzaine d’années et pour résumer ma carrière, je dirais que j’ai eu 3 vies professionnelles successives.

Je suis arrivé sur le marché du sport un peu par hasard. A la suite de mon baccalauréat scientifique, je souhaitais me diriger vers une carrière de pilote de chasse dans la Marine, mais une myopie décelée pendant les tests de recrutement m’a définitivement fermée cette voie. Je me suis donc tourné vers mon autre passion, le sport. J’ai réalisé des études en science du sport et j’ai réussi le concours de l’éducation nationale du premier coup. C’était le début de ma première vie en tant qu’enseignant du second degré.

J’ai rapidement fait le tour du métier d’enseignant et je suis  entré dans ce qui est devenu ma deuxième vie : la recherche universitaire. J’ai passé un doctorat en histoire du sport et j’ai été qualifié aux fonctions de maître de conférences en histoire contemporaine. Le hasard a fait qu’un an après mon doctorat, le directeur de l’Union Nationale du Sport Scolaire (UNSS) cherchait un collaborateur et j’ai alors quitté le monde de l’université tout en restant dans celui de l’éducation nationale en devenant son chef de cabinet.

Ma quatrième vie est sérieusement en préparation aujourd’hui et tournera autour des relations internationales et de la diplomatie du sport avec du conseil stratégique, soit auprès de gouvernements soit de structures de type fédérations sportives ou comités nationaux olympiques. Mon but serait d’accompagner les décideurs politiques en faisant du conseil mais aussi en assurant la mise en action et le suivi des politiques.

Le sport est pour moi une vraie passion. Le sport est donc quelque chose que je pratiquais, que j’aimais ce qui m’a tout naturellement amener à vouloir y travailler.

 

Quels sont les ingrédients de votre succès ?

J’ai tiré de mes études scientifiques du pragmatisme et de la rigueur. Le sport génère beaucoup d’émotions sur le terrain, en tribune ou chez les dirigeants mais, pour être efficace, il faut savoir être pragmatique et posséder parfois du sang-froid. Il ne faut pas oublier qu’il n’y a qu’un élément qui intéresse véritablement le sport, c’est la victoire. Bien sûr, on dit souvent que l’important c’est de participer, qu’il y a des valeurs, de l’éducation mais attention à ne pas oublier que le sport a été créé autour d’une confrontation, d’une volonté de gagner et pour cela, il faut être pragmatique et pugnace.

Le deuxième point que je pense être important est une attention particulière portée à l’innovation et à l’anticipation. Savoir ne pas rester sur ses acquis mais avoir cette capacité à avoir une vision stratégique à court, moyen et long termes. Bien sur, ce n’est pas une science exacte et cela marchera plus ou moins mais il faut savoir guider sa réflexion de cette manière.

Enfin le troisième point que je tiens de mes parents est une conscience de la richesse du capital humain, quel que soit le sujet. Il ne faut jamais oublier que le sport est une matière faite par les Hommes pour les Hommes. Il y a toute une part du capital humain qui est intéressante à valoriser, à conceptualiser et à manager dans toute entreprise ou projet.

 

Quel a été le moment clef de votre carrière ?

Ce qui a vraiment changé ma carrière tant au niveau des opportunités professionnelles qu’on m’a proposées que de la vision que j’avais de mon futur est mon doctorat. Cette thèse m’a permis de passer des caps de faire beaucoup de rencontres comme par exemple Maurice Herzog, alpiniste et ancien ministre des sports, une entrevue que je n’oublierais jamais ou Sam Ramsamy, membre du CIO. Ces rencontres m’ont fait réaliser que les seules limites qu’on a sont celles qu’on se fixe soi-même. Je suis aussi parti à l’Académie Internationale Olympique, j’ai obtenu des postes que je n’aurais pas eu sans cette thèse. Elle m’a beaucoup apportée sur le plan humain. Quand après 3 ans de travail de recherche, on s’enferme pour écrire sa thèse de 1000 pages, il y a un vrai moment de maturation intellectuelle et on n’est plus le même entre la première et la dernière page. Ça m’a impacté sur un plan personnel, intellectuel et m’a permis d’être reconnu dans le milieu.

 

Quels seraient les conseils que vous donneriez aux personnes souhaitant travailler dans l’industrie ?

Il faut avoir conscience que le sport est une famille à part. Le mouvement sportif français a ses codes spécifiques, que ce soit dans sa gouvernance, sa manière de fonctionner ou ses interactions entre individus. Il faut connaitre la cartographie de ce monde, savoir ce qu’il s’y passe, s’intéresser aux aspects stratégiques, politiques. Cependant, cela ne suffit pas, il est primordial de connaitre les codes du sport international qui sont différents. Pour progresser il faut, comme quand on pratique un sport, être conscient du niveau auquel on interagit, connaitre les règles du jeu, les comprendre, les maitriser, savoir qui fait quoi, à quel moment, qui a la bonne information ou au contraire qui vous intoxique !

Mon deuxième conseil est très personnel, c’est la fiabilité. Dans le sport comme en entreprise à des postes stratégiques, il faut être fiable, honnête et cohérent. Le sport a une capacité exceptionnelle à retourner les individus. C’est un milieu qui cherche sans arrêt à vous tester, à vous piéger avec parfois de grosses sommes d’argent en jeu. Il faut résister à ces tentations, garder un cap et savoir rendre à ceux qui nous ont donnés.

Mon dernier conseil est la prise de conscience que progresser dans une carrière ne se compte pas uniquement en termes d’euros sur sa fiche de paie. Il peut être intéressant de s’engager bénévolement sur des dossiers qui prennent du temps, éventuellement même de l’argent mais permettent de franchir des crans, d’être connus, reconnus voir même de devenir un spécialiste sur un sujet. C’est un pari sur l’avenir qu’il faut savoir faire.

 

Quelle est la chose dont vous êtes le plus fier dans votre carrière ?

S’il n’y avait qu’une chose à retenir, ce serait ma thèse de doctorat qui, comme vous l’aurez compris, a une place centrale dans ma vie professionnelle.

Mais si je devais parler d’autre chose, ce serait d’avoir participé aux travaux de l’Académie Internationale Olympique. Le CIO m’a permis d’y suis allé pour la première fois en 2007 dans la session des postgraduate qui rassemble 40 à 50 chercheurs du monde entier pendant un mois pour faire le point sur leur travaux autour de l’olympisme et avoir des conférences-débat. J’ai pu rencontrer les plus grands spécialistes de l’olympisme.

J’y suis retourné en 2008 pour coordonner les travaux des chercheurs francophones puis en 2010 pour faire une conférence aux directeurs de comité et d’académie olympique mais ce dont je suis le plus fier est ma participation de 2011 ou j’ai fait une conférence aux côtés du vice-président du CIO. C’est toujours une fierté de pouvoir présenter ses travaux au plus haut niveau du mouvement olympique.

 

Vous jouez au Handball de façon compétitive, comment la pratique de ce sport a-t-elle influencée votre carrière ?

Le handball  a beaucoup animé ma personnalité. J’en tire cette capacité à être fiable, mais aussi à jouer dans une équipe sans forcément être meilleur ami avec tous ses membres, à faire abstraction des personnalités, des égos, même s’il peut exister des tensions entre joueurs. Tout le monde ne voit pas les choses de la même manière mais a le même objectif : gagner le match. Cela peut se retrouver dans le milieu professionnel, surtout pour les managers de haut niveau. A la fin de l’année on ne partira pas tous en vacances ensemble mais on a un objectif : travailler ensemble pour faire avancer les choses dans la même direction.

Cela m’a aussi appris à contrôler mes émotions. On peut bien sûr en avoir mais il faut limiter son impact dans les prises de décision, être le plus réfléchi, pragmatique possible. Il ne faut jamais réagir dans l’urgence pour être le plus cohérent et efficace possible. Pour faire simple : sortir de l’émotion, des égos au moment de prendre des décisions importantes.

Retour à la liste