Interview de Stéphane Abecassis, fondateur d'ADN Sponsoring

Publié : mardi 1 septembre 2015

Stéphane Abecassis vous livre son parcours et ses conseils afin de réussir au sein de l'industrie du sport. 

StephAbeca1Pourriez-vous commencer par vous présenter ainsi que votre parcours ?

Marié, 2 enfants, j’ai travaillé pendant 20 ans dans des fonctions Marketing et Communication dans différents groupes Médias : Lagardère, RTL Group, NRJ, Le Figaro et Studyrama. J’ai maintenant fondé ADN Sponsoring, afin d’accompagner au niveau Marketing les structure sportives dans leur recherche de partenaires.

Qu’est-ce qui vous a poussé vers le domaine du Sport ?

Le sport a toujours été une passion. Le moment était simplement venu pour moi d’y apporter mon expérience Marketing.

Une conjonction de facteurs favorables a transformé mon envie en action :

  • Le développement des sports de masse,
  • La multiplication des contenus sportifs dans les médias,
  • Les valeurs d’émotions et de partage que procure le sport sont démultipliées avec les réseaux sociaux, offrant ainsi de nouveaux angles de communication.

Comment décrivez-vous vôtre métier et quelles difficultés rencontrez-vous ?

Même s’il s’agit de Marketing, l’activité est basée sur des organisations humaines (clubs, fédérations) et sur les émotions qu’elles dégagent. Il s’agit donc d’un métier axé sur des rencontres qui doivent instaurer une confiance réciproque.

La principale difficulté tient dans la taille de ma structure. En phase de lancement, le temps est compté entre la prospection et les prestations. On arrive vite à un seuil de développement qui conduit à se poser des questions ; recrutements, investissements…

Quel avenir voyez-vous pour votre métier ?

Au niveau global, une professionnalisation des institutions sportives afin de développer les revenus ;

  • Pour les grands clubs et les fédérations majeures, nous allons vers une spécialisation des métiers (billetterie, CRM, social-média),
  • Pour les structures plus modestes, le salut viendra du crowdfunding et/ou de la nécessité de mettre en place des moyens pour développer le sponsoring.

Autre élément à prendre en compte : Le développement du sport pratiqué en communautés (comme le running) et qui constituent de nouveaux leviers de communication pour les Marques.

Enfin, en matière de sponsoring, la tendance est de donner du sens aux actions mises en place à travers des messages forts comme la diversité, la RSE et l’éco-responsabilité.

Quels seraient les conseils que vous donneriez aux personnes souhaitant travailler dans l’industrie du sport ?

Etre passionné, savoir écouter et ne rien lâcher. Au niveau des fonctions, l’industrie du sport est en demande de commerciaux et de spécialistes en stratégies digitales.

En terme de formation, il y de bons diplômes spécialisés en écoles de commerce et à l’université.

Le terrain est aussi important. Les stages évidemment ainsi que les missions de bénévolat au sein des organisateurs d’événements.

Quels sont les ingrédients de votre succès ?

L’écoute de la problématique des clients, la connaissance de leur culture et le suivi régulier après chaque prestation.

L’analyse du marché visé a aussi sont importance car peu d’agences de marketing sportif s’intéressent aux fédérations moins médiatisées.

Quel a été le moment clé de votre carrière ?

En Juin 2014, quand le navigateur Marc Thiercelin m’a contacté pour me rencontrer suite à un article que j’ai publié concernant le sponsoring citoyen. Suite à cette rencontre, j’ai compris qu’il y avait une opportunité pour me lancer dans l’aventure entrepreneuriale et accompagner les petites et moyennes structures sportives dans leur développement. 

Quelle est la chose dont vous êtes le plus fier dans votre carrière ?

Des réalisations antérieures ; avoir participé au lancement de RTL2 et avoir amener Le Groupe Figaro à être le 1er Groupe de Presse à communiquer en TV (notamment avec le parrainage des diffusions des JO).

Mais celle dont je suis le plus fier actuellement, est d’accompagner mes premiers clients.

Qui a été votre plus grande source d’inspiration dans votre carrière et pourquoi ?

J’ai plusieurs modèles ;

  • Jesse Owens aux Jeux Olympiques de 1936 à Berlin qui, avec ses 4 médailles d’or, a mis en défaut la pire des propagandes politiques,
  • Steve Jobs et Mark Zukerberg qui, partis de rien, ont changé radicalement notre façon de communiquer.
  • Enfin une dédicace pour Dominique Crochu (ex-première Directrice des Nouveaux Médias à la Fédération Française de Football, la première femme en charge du football féminin à FFF), qui m’a toujours encouragé, conseillé et soutenu dans mon aventure.

Retour à la liste