5 tendances de 2017 dans les performances du sport de haut-niveau et le coaching

Publié :

Performance Trends 2017 In

Il y a bien longtemps que les entraineurs sportifs ne se résument plus seulement à un survêtement et à un chronomètre. Les avancées rapides dans les technologies améliorant la performance ont révolutionné l’industrie du sport, et les premiers consommateurs peuvent s’assurer d’avoir un avantage concurrentiel essentiel. Dans cet article de notre série sur les tendances à venir, nous examinons les innovations et les changements qui influenceront sans doute la performance des athlètes et des entraineurs en 2017.

Perf Trends 1

1. La data dans le sport passe à l’étape supérieure.

Jusqu’à maintenant, les analystes en performance ont été des maillons forts du processus d’entrainement dans les clubs sportifs professionnels et les fédérations, en collectant les « big data » produites par les traceurs GPS, les caméras, les appareils de contrôle cardiaque et ainsi de suite. Ces analystes ont transformé ces données et en ont fait une information exploitable par les entraineurs pour modifier certains comportements.

Le géant des technologies Microsoft commence à empiéter sur ce territoire en développant un logiciel qui prétend pouvoir réaliser ce rôle de « contextualisation de données ».

Le système, alimenté par le Cloud de Microsoft et la Suite Cortana Analytics, regroupe de vastes quantités de données d’informations très précises sur le bien-être des athlètes, leur santé, et fait correspondre ces données avec les tendances des performances précédentes. Enfin, il présente ces analyses sur un tableau de bord facile d’utilisation.

Ses analyses prédictives peuvent révéler par exemple qu’un joueur n’est pas en condition physique ou qu’il ne réalise pas de bonnes performances sous certaines conditions, fournissant ainsi une base d’informations saine, créée à partir de données chiffrées, pour une éventuelle sélection en équipe.

Microsoft a déjà vendu son idée à l’équipe australienne de cricket qui l’essaye actuellement lors de ses matchs de test et ses matches à domicile. Si ces essais s’avèrent être réussis, la diffusion du « machine-learning » en 2017 à d’autres pays et d’autres sports semble inévitable.

Perf trends 2

2. Les technologies vont jouer un rôle grandissant dans la prévention des blessures.

Depuis plusieurs années maintenant, le contrôle attentif de l’effort réalisé par les joueurs lors de leur entrainement et de leurs matchs a permis d’offrir des prévisions précises concernant la probabilité d’une blessure imminente et ainsi d’optimiser les performances athlétiques.

Kitman Labs, un des leaders du marché, évalue les informations biomécaniques clés des athlètes et leur probabilité de se blesser via des capteurs ultrasensibles (Kitman Labs a pour client 5 équipes de sport professionnelles et prétend que le nombre de jours d’indisponibilité dus à des blessures a été réduit de 41%).

Catapult Sports utilise une technologie GPS portative pour des objectifs similaires, transformant les données sur les charges de travail des joueurs, leur positionnement, leur vitesse, leur accélération et leur impact en des aperçus en temps réels qui permettent d’agir en conséquence pour modifier l’entrainement et réduire le risque d’une blessure imminente.

En 2017, l’utilisation des technologies pour comprendre l’augmentation des risques de blessures va s’intensifier. TuringSense’s PIVOT et motusPRO sont deux systèmes de capteurs qui analysent des données et produisent des ensembles de mesures sur les mouvements particuliers du corps humain.

A partir de là, des défauts mineurs dans la technique des athlètes pouvant être source de blessures peuvent être détectés. Motus Global a testé son système MotusPro sur des lanceurs au baseball, en analysant précisément leur lancer pour essayer d’atténuer les déchirures des ligaments du coude – la blessure classique des lanceurs.

L’analyse de la technique des joueurs en slow-motion utilisant des capteurs n’est pas nouvelle, mais le logiciel pouvant identifier l’origine biomécanique d’une blessure actuelle ou potentielle est le futur de la prévention des blessures.

Perf Trends 3

3. Le coaching collaboratif est le futur.

Le style d’entrainement traditionnel, normatif, où les retours d’informations sont donnés par l’entraineur et vaguement acceptés par les athlètes est maintenant considéré par beaucoup comme incompatible avec les méthodes actuelles d’apprentissage.

Le rôle d’un entraineur moderne est de permettre à son athlète de découvrir des solutions de lui-même. En 2017, l’utilisation des technologies dans ce processus aura une influence accrue.

Au lieu d’un analyste ou d’un coach qui étudie les séquences vidéo du match d’eux-mêmes et présentent leurs conclusions à l’équipe, de nouvelles applications comme Coach’s Eye et Coach Logic permettent aux joueurs de regarder des séquences vidéo et de s’enregistrer soi-même, reflétant ainsi leurs performances individuelles et collectives, et construisant une stratégie ensemble, en tant qu’équipe – tout cela en ligne sur leur temps personnel.

Cela facilite la communication entre les membres de l’équipe et avec l’entraineur, dont le rôle est de guider leur apprentissage dans la bonne direction et de surveiller les échanges en cours. Des applications comme celles-là n’ont pas de prix pour des entraineurs très occupés, en gérant des tâches qui précédemment occupaient un temps précieux sur le temps de l’entrainement.

Perf Trends 4

4. L’éveil de la réalité virtuelle.

La réalité virtuelle offre à ses utilisateurs un environnement immersif à 360 degrés qui peut facilement imiter des mises en scène très réalistes. Alors que le prix des casques et des logiciels se mettent à baisser, son potentiel en tant qu’outil d’apprentissage attire l’attention de beaucoup de secteurs. Son adoption dans le sport a été progressive, mais elle va s’accroitre en 2017.

La réalité virtuelle est l’outil cognitif ultime d’entrainement et peut apporter beaucoup dans l’amélioration de la prise de décision des athlètes. Elle peut mettre le joueur professionnel dans des situations particulières d’une manière que les tableaux blancs utilisés traditionnellement par les entraineurs ou que les mises en situation sur le terrain ne peuvent pas. Ainsi, avec tous les bruits et toute l’intensité d’une expérience de jour de match recréée digitalement, les athlètes peuvent travailler en jouant différemment et faire des essais pour découvrir quelles tactiques fonctionnent ou non.

Le football américain, avec sa myriade de tactiques complexes, est le terrain idéal pour tester cette technologie naissante. L’entreprise californienne STRIVR a déjà franchis un premier pas dans l’industrie du sport. « Cela m’a carrément coupé le souffle » a déclaré le quaterback des Arizona Cardinals, Carson Palmer. « Je l’utilise six jours par semaine, c’est maintenant une part importante de ma préparation hebdomadaire ».

Son partenaire chez les Cardinals, Drew Stanton a ajouté : « C’est facile de s’asseoir, de regarder des vidéos et de dire « Ok, c’est comme ça que j’aurais dû faire », comme nous le faisions tous dans le passé. Mais quand vous le voyez de vos propres yeux et que vous percevez tout ce qui est autour, c’est vraiment très impressionnant ».

Perf Trends 5

5. Le partage des connaissances entre les sports en augmentation.

Finie l’époque où les entraîneurs et les athlètes de sports différents ne se croisaient seulement qu’aux Jeux Olympiques ou à des remises de prix occasionnelles. Le mélange des idées et des expertises entre les sports est maintenant commun, que cela soit de manière formelle ou non.

Les entraîneurs de lutte travaillent avec les joueurs de rugby pour améliorer leur technique dans les zones de contact, les rameurs s’entraînent avec les cyclistes pour améliorer leur force dans les jambes, les escrimeurs font des entraînements de boxe pour affuter leur jeu de jambes, les gymnastes jouent au waterpolo pour améliorer leur cardio… Les avantages des collaborations trans-sports sont sans fin.

Une tendance relativement récente, qui porte ce partage d’expertise à un autre niveau, fait que des acteurs majeurs d’un sport vont jouer un rôle important dans un tout autre sport. Pat Howard (passé de joueur de rugby à entraîneur de l’équipe de cricket australienne), Scott Gardner (passé de cycliste britannique à entraîneur en chef du canoé en sprint pour la Grande-Bretagne) et Rob Andrew (passé de directeur en charge du rugby professionnel à la fédération anglaise de rugby à directeur de l’équipe de cricket du Sussex) ne sont que quelques exemples de ce nouveau phénomène.

Il est clair que les clubs professionnels et les instances gouvernantes reconnaissent la valeur qu’une perception différente d’un sport peut apporter, en remettant en cause le statu quo, en introduisant une nouvelle philosophie de jeu et en fournissant une vue d’ensemble sur le sport, autant de choses que ceux confinés à un sport depuis bien longtemps ne peuvent pas offrir.

Howard, par exemple, a introduit plusieurs changements innovants dans le cricket national australien. Le système de point a été modifié pour encourager les séquences offensives et on a demandé aux jardiniers de préparer des terrains plus plats et plus secs pour se rapprocher des conditions des matches test.

Auparavant, l’arrivée d’un « étranger » à un poste important aurait provoqué scepticisme et soupçons, mais en 2017 ces attitudes vont s’estomper alors que le sport professionnel devient davantage progressiste et ouvert d’esprit dans le but de rester en avance sur son temps.

Cet article a été rédigé par l’équipe de rédaction de GlobalSportJobs.


Donnez à votre carrière dans le sport un coup d’accélérateur avec les dernières offres à pourvoir en Coaching et recherche de performance, ou créez un compte aujourd’hui pour rester informé des derniers évènements ou des dernières offres à pourvoir et découvertes dans le secteur du sport.

Retour à la liste