Les stades ou un symbole d’identité collective

StadiumID IN

Maintenant que l’UEFA Euro 2016 bat à plein régime dans les 10 stades à travers toute la France, nous avons pu observer de nombreuses identités présentes à travers des dispositifs et designs différents. A ce propos, nous avons jeté un œil à cet article de Paul Hyett de HKS Architects, qui a écrit en le nom de notre partenaire Panstadia, qui nous explique l’importance de créer des stades hôtes qui sont non seulement attractifs à l’échelle internationale mais avant tout savent être le reflet de leur communauté locale, de ses environs.

Musique, nourriture, langage, poésie, littérature, chanson, danse, vêtements et mobilier : ces éléments sont juste quelques ingrédients qui définissent une culture… qui imprègnent une personne avec une identité collective – un sentiment d’appartenance.

L'architecture a un rôle central dans ce processus - à la fois déplacer et façonner l'espace mais aussi en faire un informant de la « création de l’espace » à travers les programmes variés contingents au contexte.

Cependant, l'identité traditionnelle est de plus en plus contestée par les processus de mondialisation. Les créations contemporaines des médias et de l’industrie sont en train d’effacer les caractéristiques du «lieu» et de «l’histoire » qui évoquent le « particulier ». La production de masse actuelle des voitures, des avions ou même du hamburger contribuent, chacun à leur manière,  à un processus d’«unification culturelle» - comme les hôtels pour professionnels ou les pantalons en denim. 'Ici' comme un concept de «lieu particulier» est remplacé peu à peu au point de devenir «partout».

Le défi

Invité il y a plusieurs années en tant que Président de la RIBA pour m’adresser à l'Institut sri-lankais lors de leur conférence annuelle sur le thème «Identité traditionnelle dans un contexte mondial», je me suis intéressé à faire de «là» un endroit spécial mais aussi particulier. Face à ce constat, les architectes peuvent effectivement remettre en question les processus de la mondialisation et à travers notre travail imprégner certains projets avec un caractère qui permettra de créer ‘une architecture de lieu’ – une architecture qui réunit de façon cohérente les qualités essentielles du lieu en question et répondant au climat, topographie et culture locaux, et utilisant des matériaux locaux et une main d’œuvre locale.

Certains aspects du ‘global’ ne peuvent bien sûr pas être ignorés. L’architecture doit toujours répondre à des nouveaux défis et l’expansion des programmes ; y compris les grandes typologies de bâtiments tels que les hôpitaux et les stades qui ont encore peu de précédents dans un pays nouvellement en développement. L'architecture doit également répondre à de nouveaux programmes et calendriers, tels que la conception et le design éco-durables, mais même à travers tout cela, elle doit rester pertinente au niveau local et cohérente avec son temps. Rien ne peut être plus inapproprié et potentiellement incohérent que de transférer simplement l'architecture d'un endroit vers un nouvel emplacement.

Cependant, au-delà du renforcement de l'identité culturelle du contexte, il est nécessaire de reconnaître que «l'identité» est dynamique plutôt que statique, en constante évolution en réponse aux conditions auxquelles un lieu, dans le sens le plus large du terme, se réfère. Une architecture intègre génèrera de la fierté locale et appellera au respect extérieur. Une architecture qui est largement ancrée dans sa forme à son contexte physique, culturelle et sociale n’aura, tout simplement, de sens nulle part ailleurs.

Identité nationale et ambition

L'architecture devrait être davantage intégrée et valorisée dans la mise en forme des villes, des régions et des nations comme des lieux modernes ambitieux, qui expriment une identité collective qui ne cessera jamais d’évoluer.

Les bâtiments publics majeurs, tels que les stades, contribueront énormément à ce processus. Ils doivent toujours être audacieux et novateurs. Certains dans leur expression, ils devraient élever les esprits de tous ceux qui les utilisent, tous ceux qui y passent et tous ceux qui les visitent. Cependant, et surtout, ils devraient être les infrastructures de ce dit-lieu et représenter une réponse spécifiquement locale au défi de «création de lieu».

Tournois majeurs et le défi de l’héritage

Les événements sportifs internationaux imposent des exigences qui sont universellement applicables à tout site dans le monde entier; la condition temporaire qu'ils créent et leur héritage ultérieur seront souvent en contradiction avec les normes culturelles et urbaines de tout lieu particulier. Les enceintes de stades, en particulier ceux qui sont capables d'accueillir des événements majeurs, peuvent être des endroits hostiles, ils sont avares d’infrastructures et d’espace et pourtant contribuent peu à la vie culturelle et urbaine. L'histoire a montré que, maintes et maintes fois, les défis de l'héritage ont généré un certain gâchis, un coût important et finalement un compromis architectural dans la proposition d’héritage initiale.

Si l'architecture du stade est considérée comme symbolique du lieu et de sa culture, nous devons nous demander comment l'enceinte du stade peut contribuer à soutenir la vie culturelle et publique du point de vue de l’héritage ?

Les réponses et solutions a cette problématique seront aussi variées que les contextes eux-mêmes, mais en tant que concepteurs, nos ambitions doivent (au moins) répondre à des objectifs communs: nous devons concevoir des espaces publics qui sont appropriés aux coutumes locales et soutenir le type de vie qui est propre à cet endroit; le lieu construit devrait modérer l’atmosphère, de sorte que les espaces soient confortables à occuper. Souvent, cela signifie l'emprunt de typologies de construction autochtone; nous devons construire avec une certaine souplesse, pour permettre des nuances culturelles imprévues et ainsi enrichir le lieu au fil du temps; enfin, nous devrions activer ces endroits avec des installations qui sont nécessaires et surtout qui seront utilisées.

Conclusion

Le «Stade» et «l’Evénement Sportif International Majeur», comme on peut le voir actuellement en France, sont des phénomènes mondiaux et l'effet de la modernisation qui en découle peut être extrêmement positif. Il peut aussi, cependant, constituer une menace pour l'identité culturelle et traditionnelle, avec la notion de «là» étant érodée par la notion de «partout».

Cependant, 'ici' peut être spécial, et notamment par rapport à son contexte, en adaptant les défis programmatiques ‘mondiaux’ qui par conséquent n’ont aucun précèdent dans l’architecture contemporaine, ce qui renforce et exprime un sens d’identité discret. Ainsi, en incluant la plus large enceinte dans l’héritage, nous devons nous concentrer sur la « création du lieu » qui verra se développer la vie culturelle et l’identité.

Si vous souhaitez lire l’article original ou d’autres de ce type, il vous suffit de visiter le site internet de Panstadia & Arena management dès aujourd’hui. 

Publié :

Retour à la liste