Tremplin Haut Niveau 1 625x350

Aujourd’hui, le sport et l’innovation sont intimement liés. Le premier offre un large terrain d’expression à la seconde, qu’il s’agisse d’optimiser la performance du sportif, organiser des événements ou bien améliorer l’expérience des fans. Le présent dossier vise, d’une part, à mettre en exergue la façon dont l’innovation investit le champ du sport de haut niveau, et d’autre part, à dégager les tendances actuelles ainsi que celles à venir.

Le sportif de haut niveau cherche constamment à améliorer sa performance. Cette amélioration passe aujourd’hui par l’innovation : analyse des données physiques de l’athlète, amélioration de ses techniques et de son matériel d’entrainement, optimisation de ses tenues de compétition, les opportunités sont nombreuses pour innover.

L’organisateur d’un événement sportif tend à mettre sur pied son événement de la manière la plus aboutie possible. De la conception des infrastructures sportives à la mise en valeur des entreprises partenaires en passant par le bon déroulement de la compétition, les enjeux pour ces acteurs peuvent être résolus grâce à des apports technologiques toujours plus innovants.

L’expérience du fan – qu’il soit au stade ou devant son écran de télévision –  constitue un enjeu vital, puisque c’est lui qui permet aux deux acteurs précédemment évoqués de générer des ressources. Attirer, séduire et fidéliser le spectateur constituent des préoccupations importantes pour lesquelles des startups proposent des solutions innovantes.

TRemplin-HautNiveau-1

Tour d’horizon des dernières innovations technologiques qui touchent ces acteurs.


Un concentré d’innovations pour l’amélioration de la performance du sportif de haut niveau

Pendant longtemps, le sportif de haut niveau s’est focalisé sur son talent pour devenir le meilleur. Aujourd’hui, il mise également sur la technologie pour comprendre et optimiser sa performance.

Ainsi, lors de la préparation aux compétitions, les athlètes utilisent de plus en plus fréquemment des innovations relatives aux matériels ou aux techniques d’entrainement.

Par exemple, Goleador offre aux footballeurs une nouvelle manière de s’entraîner, grâce à la création d’un lance-ballon révolutionnaire d’une précision inédite : il est désormais possible de travailler exactement la même phase de jeu de manière répétitive.

La société Mac-Lloyd, quant à elle, récupère et analyse les données physiologiques des athlètes afin de contrôler et d’optimiser leur charge de travail par l’intermédiaire de capteurs placés sur leur dos. Ces informations retransmises en temps réel au staff technique sur le bord du terrain permettent de suivre l’état physique des joueurs, prévenir des éventuelles blessures et ainsi proposer des charges de travail personnalisées.

D’autres pratiques misent beaucoup plus sur l’avancée technologique du matériel pour améliorer la performance sportive. Prenons une innovation qui fait l’actualité au Vendée Globe 2016 ;  en lieu et place des traditionnelles dérives droites, sortent de chaque côté des coques les fameux foils permettant la réduction de la trainée hydrodynamique et une augmentation de la vitesse. Ce qui a permis au skippeur Alex Thomson (Hugo Boss) d’atteindre l’hémisphère sud en 9 jours et 7 heures.

Ces innovations garantissent l’amélioration des performances mais également la sécurité des sportifs. Prenons l’exemple de la start-up annécienne In&Motion qui développe des gilets de ski intégrant un airbag capable de se déclencher avant que l’accident n’intervienne, mais que l’on peut également retrouver sur certains pilotes de Moto GP cette année.

The first smart ski airbag vest by In&motion from In&motion on Vimeo.

En dehors des évolutions matérielles, de nouvelles techniques d’entrainement se développent. Ainsi, plusieurs clubs utilisent désormais la réalité virtuelle comme un outil d’entrainement tactique, en permettant aux sportifs de se mettre en situation de compétition, de capter l’intégralité des informations du terrain et de comprendre des faits de jeu de manière plus précise. Le système STIRV développé à l’Université de Stanford offre même la possibilité aux joueurs de football américain de « détourner leur tête de la ligne de mêlée et se voir en train de lancer le ballon, cela dans le but d’évaluer leur mécanique de jeu » (La réalité virtuelle au secours des athlètes, Galen CLAVIO).

Néanmoins, en ce qui concerne les aspects techniques de l’entrainement du sportif, la réalité virtuelle présente des limites que la simulation numérique permet de pallier. Elle permet, par exemple, de comprendre l’impact des paramètres influant sur la performance de l’athlète et sur les risques de blessure. Plus qu’une immersion visuelle, elle propose de s’immerger physiquement dans un environnement similaire à celui de la compétition. Un outil très utile pour des pratiques sportives qui nécessitent le maniement d’un objet ou qui sont dépendantes des conditions météorologiques.

En cyclisme, la simulation numérique permet d’optimiser la position du cycliste, le poids du vélo et l’aérodynamique, afin d’induire un minimum de traînée et assurer un maximum de puissance de propulsion et de confort au cycliste. C’est également le cas en aviron où les concepteurs cherchent à comprendre et à optimiser l’interaction de la rame avec la surface de l’eau ainsi que la trainée hydrodynamique sur la coque.

Outre les innovations techniques et matérielles, c’est au niveau de la mesure de la performance sportive et de l’analyse des données que des avancées ont été faites ces dernières années. De nombreuses startups se sont intéressées à ce champ en développant des moyens différents et parfois complémentaires de recueil de données et d’analyse de la performance.

Certains utilisent le flux vidéo, c’est le cas de la startup Footovision, qui est capable de récolter les données individuelles et collectives d’un match de football et ensuite de les analyser, à partir d’un simple flux vidéo.

D’autres utilisent des capteurs physiques ou parfois intégrés directement au vêtement du sportif.

Mac Lloyd cité précédemment ou la start-up française Swimbot ont développé des capteurs matériels, le premier posé sur le haut du dos et le second se plaçant derrière le bonnet de bain permettant l’amélioration de la technique du nageur en corrigeant ses défauts. Cityzen Sciences, une entreprise française, s’est quant à elle spécialisée dans la conception, la création et le développement de textiles connectés en lançant Smoozi, le premier t-shirt intelligent, déjà utilisé par des clubs professionnels de football et de basket en France.

Une technologie fait également son apparition, celle de l’intelligence artificielle. La startup PIQ, qui développe des capteurs connectés multisport vient d’intégrer à son application GAIA, un système d’intelligence artificielle qui est capable d’identifier les points forts et d’amélioration des sportifs. Une innovation de rupture qui va bouleverser la vie des sportifs, leur permettant de comparer leur performance sportive d’un jour donné aux performances passées et à celles de la communauté.

Pour trouver le dossier original sur le site de notre partenaire Le Templin, cliquez ici.

Donnez un coup de pouce à votre carrière avec les dernières offres d’emplois disponibles ou créez un compte aujourd’hui pour rester au fait des dernières perspectives, évènements et offres dans le sport. 

 


Date de publication :